La pêche a Fogo

Pêche au Cap-Vert, pour la plupart, encore artisanale, petits bateaux en bois avec 1,2 ou 3 pêcheurs partent chaque matin à moteur (quelques-uns) ou de l’aviron pour le rite traditionnel de la pêche.
Les réseaux sont très peu nombreux, ici la grande majorité continuent de pêche avec la “Linha”, la ligne de ce qui est «lutte» avec les poissons de récif de petite taille (Garopa, bica, bidion et rarement homard) ou de grands poissons pélagiques, thon à effet de serre à partir de sériole de voiliers et marlins parfois.
Le spectacle se poursuit avec l’arrivée des bateaux beaucoup de garçons pour gagner le droit d’amener le poisson dans le pays à la vente: le gros poisson placé sur la tête du garçon et hors du marché avec le bord de poissons en guise de récompense.
La fraîcheur du produit est synonyme de bonté dans les plats que vous pourrez déguster dans les restaurants. Un petit échec qui peut être attribuée au Cap-Vert est le manque de variété de poissons que vous trouverez sur les menus des restaurants, c’est pourquoi nous offrons à nos clients une large gamme de poissons pour faire place à quelque chose de différent des classiques.
Chapitre crustacés Merta la prémisse que le Cap-Vert a malheureusement arrivé interdiction de la pêche pendant six mois par an.
La pression de pêche et à certains égards “non intelligent” se traduit par un appauvrissement de la mer si vous ne pouvez pas contrôler peuvent être désastreuses.
Du 1er mai au Octobre 31 est interdit la pêche de tous les crustacés (langoustes et en particulier ici cigales), malheureusement, les autorités de surveillance et les pêcheurs sont rares (heureusement peu nombreux) continuent leur pêche presque intact.
D’autre part, si les touristes (sans le savoir) continuent à commander homard au restaurant ….